Jean DUBUFFET (1901-1985)

Lot 6
180 000 - 200 000 EUR

Jean DUBUFFET (1901-1985)

* MANGEUR A LA FOURCHETTE, 1952
Huile sur papier marouflé sur panneau
Signée et datée en bas au centre
35 x 27,5 cm - 13.77 x 10.82 in.

Oil on paper laid on panel
Signed and dated lower centre

Provenance
- Pierre Matisse Gallery, New York
- Acquavella Modern Art, Reno, Nevada
- Collection particulière, Genève

Bibliographie
Cette oeuvre est reproduite dans le Catalogue des travaux de Jean Dubuffet: Tables paysagées, paysages du mental, pierres philosophiques Fascicule VII, Max Loreau, Imprimeries Réunies, Lausanne, pour les Editions de Minuit, Paris. 1979. OEuvre reproduite sous le numéro 180 en page 113 de l'ouvrage.

Jean DUBUFFET
MANGEUR A LA FOURCHETTE, 1952

« Il va de soi que le mot Philosophique est à prendre ici dans un sens spécial – un peu dans le goût, peut-être, de celui que lui aurait donné un occultiste du MoyenAge. Il arriva très souvent qu’un paysage tournait, en cours d’exécution, à devenir une Table (ou une Pierre) ou vice-versa. Je me fais l’idée (et cette idée, je me plais à l’entretenir) que les formes affectionnées par la matière vivante sont partout les mêmes, qu’il s’agisse de tout petits objets, ou de grands développements géographiques.
Dans cet esprit j’ai aimé, pour ces paysages, à brouiller l’échelle, de manière qu’il soit incertain si le tableau représente une vaste étendue de montagnes ou une minuscule parcelle de terrain. J’ai un sentiment que, retrouver ces rythmes de la matière, le peintre pourrait, en fournissant n’importe quel objet (une table, par exemple) doter cet objet de vie.
(…) Les expérimentations (très nombreuses) que je faisais à propos de ces peintures ont parfois abouti à des aspects bizarres, où le faux se mêlait au vrai, où le paysage prenait un air absurde évoquant, plutôt qu’un lieu réel ou de la vraie matière naturelle, quelque sorte de création avortée ou inachevée qui serait due, par exemple, à un magicien fatigué. Au très concret se mêlait alors dans le même tableau le très aberrant, maintes formes apparaissant dont le caractère est ambigu ; elles peuvent en effet frapper le regardeur de la peinture, soit comme représentant des reliefs ou accidents du terrain, soit comme figurant des êtres vivants (vivant d’une vie singulière, à mi-chemin entre l’existence et la non-existence, entre le réel et l’imaginaire ; à mi-chemin entre l’appartenance aux lieux objectivement représentés dans le tableau ou au seul monde mental du peintre) tournoyant et bondissant de toutes parts. L’effet obtenu par ce jeu d’ambiguïté et par ce mariage du très réel avec du très anti-réel me semblait être (du moins opérait-il pour moi de cette façon) de multiplier très fort dans le tableau l’action de chacun de ces deux règnes. Je veux dire d’accentuer très fort l’effet de matérialité et de présence des lieux et objets suggérés et, en même temps, les polariser très fort d’un caractère mental qui les dote de lueurs les plus agissantes. Greffe d’humain, de mental humain. »
(Extrait de L’Art brut de Jean Dubuffet, Tableau bon levain à vous de cuire la pâte, Georges Limbour, Notes du peintre, Galerie Pierre Matisse, New York, 1953, pages 95-97)
 
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue
Cornette de Saint Cyr maison de ventes
6 avenue Hoche - 75008 Paris, France
Agrément 2002-379 / 2002-364
Tél : 33 (0)1 47 27 11 24
info@cornette-saintcyr.com





Quelques résultats