Pablo Picasso (1881-1973)

Lot 83
100 000 - 200 000 EUR
Laisser un ordre d'achat
Votre montant
 EUR
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

Pablo Picasso (1881-1973)


LE REPAS FRUGAL, 1904 (Baer, 2 ; Bloch, 1)
Eau-forte et grattoir, superbe épreuve, imprimée toutes barbes sur Japon (non vergé) avec un riche voile d'encre laissé par la planche suggérant que cette épreuve fut imprimée avant que la planche ne soit aciérée (et après le tirage exécuté par Delâtre), et probablement la seule épreuve avant aciérage sur papier Japon non Vergé imprimée par Louis Fort
Etching with grattoir, an extremely fine impression on Japon, still printing with traces of burr and considerable plate tone suggesting that this impression was printed before the plate was steel-faced (and after the Delâtre impression), also probably the only print on non-laid Japon paper by Louis Fort
Planche : 46 x 37,7 cm - 18 1/4 by 7/8 in.
Feuille : 52,7 x 43,5 cm - 20 1/2 by 17 in.
Provenance
Collection particulière, Pays-Bas «Picasso aquarelle la même année 1904, sous le titre Apéritif, un couple de mondains attablés (...) Dans cette aquarelle, les attitudes sont proches de la gravure, mais le sentiment est plutôt une indifférence hautaine, une absence d'amour. Tandis qu'il se dégage de l'eau-forte, une extrême tendresse, pudique et contenue, suggérée par les longues mains carerssantes de l'homme.» (Daniel Gervis)
Pablo Picasso n'a que 23 ans lorsqu'il grave cette œuvre magistrale Le Repas Frugal. Cinq ans auparavant il avait tenté un premier essai de gravure infructueux car il oublie alors que l'image imprimée est inversée par rapport à celle gravée et le Picador représenté tient sa pique dans la main gauche. Il ne reste qu'un exemplaire de cette planche qu'il intitulera «Le Gaucher».
C'est son ami Ricardo Canals qui en 1904 l'initie à la technique de l'eau forte avec une simple pointe de métal. Sur une plaque de zinc empruntée à l'artiste Julio Gonzalez et sans même effacer le paysage esquissé par ce dernier (et que l'on peut voir dans la partie supérieure droite) il créé l'une des oeuvres les plus marquantes de la Période Bleue. Cette œuvre impressionne déjà à l'époque ses amis Guillaume Apollinaire et Ambroise Vollard. «Quant Ambroise Vollard venait chez moi, il avait toujours un coup d'œil mélancolique pour cette pièce rare. Un cuivre ? Non un zinc, le Picasso des premières années du Bateau-Lavoir ne pouvait s'offrir de cuivre...» rapporte André Salmon dans ses «Souvenirs sans fin»
On ne sait précisement combien de planches ont été tirées en 1904-1905. Baer et Geiser suggèrent environ une trentaine de tirages imprimés par Eugène Delâtre et très peu semblent avoir survécu.
«Picasso a rapporté au marchand parisien Marcel Lecompte comment il arrivait à vendre ce chef-d'œuvre de l'estampe : lorsque le marchand Clovis Sageot avait besoin d'une épreuve du Repas Frugal, il envoyait à Picasso un pneumatique. Le graveur se rendait alors avec une thune en argent (cinq francs) chez Eugène Delâtre qui tirait devant lui la planche. Clovis Sageot l'achetait à Picasso un Louis d'or, ce qui représentait pour l'artiste une petite fortune» (Daniel Gervis)
Ambroise Vollard ne perd pas la planche de vue et il rachète la plaque de zinc vers 1911. Il réalise très probablement quelques épreuves d'essai avec l'imprimeur Louis Fort avant de faire aciérer la plaque. Cette technique qui consiste à appliquer une fine couche d'acier à la surface, permet de renforcer la résistance de la plaque afin d'obtenir un tirage plus important. L'édition par Vollard après aciérage fut de 27 ou 29 exemplaires sur papier Japon Vergé et 250 exemplaires sur Velin Van Gelder mais ces tirages après aciérage n'ont jamais donné des épreuves d'aussi bonne qualité. Elles sont généralement plus pâles, les traits perdent en profondeur et l'encrage est moins puissant. C'est pourquoi les épreuves avant aciérage sont rares et recherchées.
L'épreuve que nous présentons, la seule connue sur papier Japon non Vergé, montre très clairement des contrastes plus marqués, une intensité accrue, et une ambiance atmosphérique que l'on ne retrouve que sur les très rares exemplaires avant aciérage. Les épreuves les plus proches semblent être celles venant du coffre de Vollard (vente Sothebys, Paris, 29 juin 2010, lot 69) ainsi que celle de l'ancienne collection Petiet (vente Sothebys, 23 juin 2014, lot 24) à cette différence près que l'épreuve présentée dans notre vente est sur papier Japon et non sur papier Velin, ceci ajoutant une belle texture aux barbes, retrouvant ainsi le velouté des ombres de ses peintures de la Période Bleue.
“That same year, 1904, Picasso produced a watercolour titled Apéritif in which a pair of socialites are drinking at a table[...] the postures are similar to that of the engraving but their attitudes are rather cool and haughty, no love there. Conversely, in this etching there is a sense of great tenderness, at once modest and reserved, suggested by the man's long enveloping hands”. (Daniel Gervis)
Pablo Picasso was only 23 when he etched this masterpiece:Le Repas Frugal. Five years ea
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue
Cornette de Saint Cyr maison de ventes
6 avenue Hoche - 75008 Paris, France
Agrément 2002-379 / 2002-364
Tél : 33 (0)1 47 27 11 24
info@cornette-saintcyr.com





Quelques résultats